Révéler sa légende personnelle

Que l’on se lance dans la course à l’élection ou que l’on soit en politique depuis longtemps, il est important de travailler sa légende personnelle. C’est-à-dire : Quel-le femme ou homme politique je souhaite être ? Quelle empreinte je souhaite laisser ? Qui suis-je au travers de ce mandat ? Qu’est-ce que j’ai à raconter ? Comment je vais faire rêver les gens ?

Pourquoi écrire sa légende personnelle est primordial ?

Chez EXPERTISS, nous pensons que c’est le socle de toute bonne communication. Savoir qui on est, d’où l’on vient et où l’on va, savoir le dire et le raconter, c’est indispensable pour emmener son auditoire avec soi. Ecrire sa légende personnelle, c’est le préalable pour aller à la rencontre de son personnage et l’incarner. Dans le parcours d’EXPERTISS, un temps est consacré à sa création, un cheminement nécessaire pour faire émerger les ressources et les talents mais aussi lever les freins et comprendre les points de blocage, pour aboutir à la révélation de sa légende et l’incarnation de son personnage.

Pour en savoir plus, contactez-nous !

Revue de presse – les femmes politiques à l’honneur

Expertiss a fait un petit tour sur le web pour vous sélectionner trois infos intéressantes…et les femmes sont à l’honneur en cette fin d’année. Bonne lecture !

Christiane Taubira….homme politique de la décennie !

La magazine GQ s’est demandé « qui aurait assez de panache et de style pour incarner l’homme politique de la décennie » ? La réponse est une femme politique, Christiane Taubira, qui « coche toutes les cases » selon la rédactrice en chef du magazine Béline Dolat.

lire l’article de GQ 

Zoom sur Leïla Mustafa, maire de Raqqa

Leïla Mustafa a été désignée il y a un peu plus d’un an maire de Raqua, l’ancienne capitale de Daesh. Elle a la lourde tâche de reconstruire une ville en ruines. Bilan de cette première année, toute en symbole.

Lire l’article de l’Express
Conseils lecture

Peut-être avez-vous manqué la sortie des livres de Ségolène Royal et de Michelle Obama ? Deux femmes, deux visions politiques, deux engagements forts dans la vie publique…mais aussi deux bilans qui sonnent comme des ouvertures vers de nouveaux défis à relever.

Ségolène Royale fait le point dans Ce que je peux enfin vous dire. L’occasion de revenir sur son parcours et sa vie de femme politique.

 

Michelle Obama sort ses mémoires Devenir dans lesquelles elle se confie sur son enfance, son rôle de mère, de femme, sa vie à la Maison Blanche, ses relations avec son mari…

Le coup de gueule de François Ruffin : une leçon de posture politique

EXPERTISS décrypte ce qu’il faut retenir du discours de François Ruffin à l’Assemblée Nationale sur les accompagnants d’élève en situation de handicap. Sur la forme et la construction de la prise de parole, il s’agit d’un excellent exemple de discours ultra-travaillé, qui a pourtant la force de la spontanéité et de la conviction. Comment et pourquoi cela fonctionne ?

La force des mots et la construction de son intervention
un discours bien dit – qui peut sembler hors codes

La simplicité du langage (qui peut être parfois sobrement littéraire), parfois presque familier (« je m’en fiche » / « Play mobile ») n’enlève rien à la crédibilité du combat, ni à la force du message qui est passé. Cela renforce l’impression que François Ruffin est touché dans sa chaire de citoyen, dans son humanité, dans ce pourquoi il est là.

Il raconte une histoire et donne un visage humain à son discours, celui des assistantes, elles deviennent réelles grâce à ses paroles. Le discours est adressé, il donne aussi corps et visage à son audience, à cette masse informe que sont les destinataires de son discours.

Il utilise la rhétorique de répétition (qui a fait ses preuves) à la manière du J’accuse de Zola ou du I have a dream de MLK ou le « moi président » de François Hollande.

La voix et l’émotion
chargé d’émotion…son discours pourtant préparé ne sonne jamais faux.

Même si la voix est claire, porte haut et puissamment, François Ruffin s’éraille, bégaie, balbutie de temps en temps. Plutôt que de casser le rythme et son discours, ces « accidents » d’élocution leur donnent de la force et une réalité. Ils rendent tangible son émotion.

Par ailleurs, il déroule son discours comme une partition. François Ruffin module ses intonations, son rythme et ménage des temps de pause. Ainsi il réussit à gérer une forme de montée en puissance alors même qu’il commence son discours avec un ton déjà haut.

Quant à sa posture et sa gestuelle, elles sont simples, retenues. On le sent bien ancré au sol, le regard droit et franc quand il « accuse ». Le calme qui émane de sa posture donne du poids à son discours, l’agressivité et le combat sont dans les mots, la voix.

L’incarnation du personnage
il est dans son personnage, il est plein de ce qu’il est lui

Le discours fonctionne (en dehors des clivages politiques) parce que François Ruffin incarne des émotions fortes avec beaucoup de justesse dans sa performance : la conviction, l’indignation et la colère. Il est en cohérence avec son personnage et en maîtrise les codes.

Pour découvrir ou redécouvrir le discours de F.Ruffin à l’Assemblée

https://francoisruffin.fr/handicap-infamie/

EXPERTISS propose un programme spécifiquement dédié à la prise de parole en public et au story telling. N’hésitez pas à nous contacter pour un diagnostic personnalisé et une proposition sur mesure.

Contactez Expertiss par Email

 

Mettez de l’émotion dans votre discours !

La fin de l’année arrive et avec elle, les immanquables discours de vœux, de bilan, de motivation des équipes. C’est un moment clé de votre communication et important pour faire passer vos messages. Rappelons que plus votre discours est expressif plus il a d’impact sur votre public. Voici les règles d’or d’EXPERTISS pour un discours qui laissera son empreinte dans l’esprit de votre auditoire.

Soyez vrai

Pour faire passer une émotion, on doit la ressentir. Il n’y a rien de pire qu’une émotion (mal) feinte. Il est important soit d’être touché par le sujet, soit d’en être convaincu…ou encore mieux d’en être convaincu et être touché !!!

Donc si vous ne sortez pas de l’actor studio ou du conservatoire, nous vous conseillions de bien choisir votre sujet (une expérience personnelle, par exemple, en vous appuyant sur des techniques de story telling) et votre émotion pour que vous soyez à l’aise et efficace dans la transmission de votre message.

« Être vrai » cela passe aussi par la parole, le « parler vrai », être simple, sans fioriture, aller à l’essentiel. C’est-à-dire dépouiller la pensée de sa forme littéraire pour la rendre la plus simple possible. Il s’agit parfois de « déshabiller » le discours pour que l’émotion passe. Plus on en fait, moins on ressent.

Incarner l’émotion

Rappelons que les émotions expriment toute la richesse de notre personnalité, et par conséquent, elles sont révélatrices de nos points forts. Il y a un travail important pour chercher en soi, puiser dans la palette d’émotions qui existent pour trouver celles qui vous correspondent ou correspondent à la situation.

Retrouvez ci-dessous la roue des émotions. Elle devrait vous aider à mieux comprendre quels comportements adopter selon les émotions que vous souhaitez faire passer.

Théâtralisez votre intervention

C’est à dire, mettez un peu de dramaturgie dans le discours : ménagez l’émotion pour qu’elle passe, lui dérouler le tapis rouge.

  1. D’abord, la maitrise de ses outils : respiration, voix, articulation, le sourire (la 1èresource d’une émotion), regard, posture … Bonnes pratiques : un bon ancrage au sol + une voix claire + un regard qui porte, c’est la base pour créer le lien avec auditoire et faire passer l’émotion.
  2. Ensuite, le squelette du discours : les paragraphes, les silences, les groupes rythmiques, l’intonation… Bonnes pratiques : en amont de votre intervention, pensez à légender votre texte avec vos temps de pause, la ponctuation orale, les intonations…pour faire monter l’émotion.
Répétez votre discours

Dire un discours avec sincérité et aisance, se travaille et se prépare. Il s’agit de se mettre le discours en bouche. C’est se donner la chance de s’exprimer naturellement, de laisser la place aux émotions, de les maitriser et les mettre au service du message.

L’exemple à suivre – le discours de soutien à Hilary Clinton de Michelle Obama à la convention démocrate de 2016.

Ce qu’il faut en retenir sur la forme :
  • Son regard : il englobe toute la salle / chacun se sent concerné et impliqué, elle parle à tous et à chacun à la fois. Elle fait alliance avec son auditoire.
  • Sa voix : haute et claire, elle est audible et captivante. Une association voix-regard qui ne « flanche »
  • Ses mimiques : son visage dit son émotion, sa conviction. Elle est profondément humaine et bouleversé par ce qu’elle raconte.
Ce qui transparaît de son discours :

Tout est pesé, mesuré pour transmettre le message. Cela fonctionne, l’émotion passe et est palpable parce qu’elle :

  • croit en ce qu’elle dit, elle est convaincue par son message.
  • parle « vrai », simplement et parle d’elle, elle est touchée personnellement par le sujet
  • incarne son personnage : une femme, une mère, une afro-américaine, une first lady, elle joue sur toutes les facettes et touche ainsi un éventail large de personnalités.

EXPERTISS propose un programme spécifiquement dédié à la prise de parole en public, avec notamment un travail sur les émotions à faire passer via l’art oratoire mais aussi sur la gestion des émotions qui nous submergent via la méthode TIPI. N’hésitez pas à nous contacter pour un diagnostic personnalisé et une proposition sur mesure.

Contactez Expertiss par Email

 

Regard de coach – l’ascension du président Macron !

Le documentaire « Macron à l’Elysée, le casse du siècle » diffusé le 29 avril sur BFMTV revient sur le parcours fulgurant et express du conseiller Macron au président Macron. Oui, Emmanuel Macron a bénéficié de beaucoup de concours de circonstances au cours de cette campagne assez imprévisible mais la clé de son succès ne tient pas uniquement à l’effet de surprise et à la « chance ». Un « casse » se prépare, s’anticipe et se joue comme une partie d’échec en politique. J’ai capté, pour vous, avec mon regard de coach, les trois grandes leçons à retenir du documentaire, sur la préparation du candidat vers sa victoire.

LEÇON N°1 – DONNER L’IMPRESSION DE NE PAS Y TOUCHER

La fulgurance est d’autant plus choquante que beaucoup de personnes, pourtant aguerries et rompues à la politique, n’ont « rien vu venir ». D’où l’idée de casse et d’effraction dans un temps finalement très court. Avec du recul, on voit mieux toutes ces étapes de préparation pour faire naître le candidat, en version accélérée.

Rien n’est laissé au hasard, tout est travaillé, la stratégie politique montée comme un business plan, rappelant ainsi la célèbre phrase de Churchill : « un discours improvisé a été réécrit 3 fois ». Certains mots reviennent sans cesse dans le reportage pour décrire Emmanuel Macron et essayer de comprendre ce casse : « mentalist », « hypnotiseur », « envoûtement », « séduction »…

L’avis du coach – Cette posture s’apprend ! De nombreuses techniques, comme la Process Communication dont Expertiss est spécialiste, permette aux candidats de comprendre ses interlocuteurs, les types de personnalité, et d’acquérir une capacité d’adaptation selon ses publics, la maîtrise des informations (c’est le pouvoir)…

LEÇON N°2 – CRÉER SA PROPRE LEGENDE

Pour assurer la victoire vers son objectif, il est essentiel de travailler son « story telling », sur la légende du personnage, sur « la belle histoire », celle que l’on raconte aux gens, celle qui fait rêver.

Objectif du story telling d’Emmanuel Macron : incarner une nouvelle manière d’être un politique et de faire de la politique.

  1. Premier coup de communication réussi : Emmanuel Macron s’est érigé en figure nouvelle de la politique, un p’tit nouveau, alors même qu’il sortait d’un quinquennat en tant que conseiller puis ministre. Pourtant « fulgurance » ne veut pas dire « nouveauté » ! Mais il a déjà réussi ce coup de force.
  2. Second coup de communication réussi : Emmanuel Macron a fait rêver la France dans une période de grande morosité. Il a réussi grâce au personnage qu’il a incarné mais aussi en révolutionnant la manière de se présenter…sans programme ou presque ! En proposant une idée de la France, la première start-up nation, et une ligne directrice à suivre, plutôt que des promesses. Il a déplacé le discours sur un terrain qui lui est familier (mais pas pour ses concurrents) et dorénavant il faudra faire avec cette nouvelle donne !

L’avis du coach – Pour réaliser un story telling efficace et performant, il faut vous poser ces questions : Qui je suis ? (ou plutôt : Qui ai-je envie d’être ? Quelle image je souhaite laisser de moi ?) / Qu’est-ce que je vais vous apporter ? / Qu’est-ce que j’ai à vous raconter ? / Pourquoi me faire confiance ? / Pourquoi voter pour moi ? / Comment chacun d’entre vous peut se reconnaître en moi ?

LEÇON N°3 – ENDOSSER LE COSTUME ET SÉDUIRE

C’est tout le travail de préparation, de construction de celle ou de celui qui sera le ou la futur-e candidat-e. Pour devenir Président-e de la République, il faut en avoir le costume, l’endosser (au sens propre, comme au figuré) : habillé et habité le personnage pour conduire à la victoire.

Concernant Emmanuel Macron, le reportage traite aussi de ce que certains appellent une métamorphose. Il lui a fallu changer de paradigme (de financier à politique, de politique à candidat), ce n’est pas simple, et il faut être un véritable caméléon pour se transformer…et être/rester crédible.

Une métamorphose physique (changer de tailleur) et sur le terrain (donner un sentiment de proximité, d’action, de considération). Un véritable travail de fourmis en un temps record réalisé par sa garde rapprochée.

L’avis du coach – En substance, le plus important reste la force du candidat : sa pugnacité, son intime conviction, sa juste place ici et maintenant… et des qualités indéniables de stratège, et de séducteur. Pour le reste, tout est possible, Emmanuel Macron l’a prouvé. Chacun peut trouver en lui les ressources pour y parvenir. C’est le travail du coach de l’aider à développer ses compétences, à se structurer, à se raconter et à adopter la bonne attitude et posture vers la victoire !

 

Si vous ne l’avez pas encore vu, nous vous recommandons de visionner ce reportage pour mieux comprendre les ressorts de ce personnage, en cliquant ici.

Crédit photo de couverture – Enquête BFMTV

FORMATION, vous y avez droit ! Pensez au DIF et lancez-vous !

expertiss DIF

Depuis le 1er janvier 2016, les élus peuvent bénéficier du Droit Individuel à la Formation (DIF). Il s’agit d’un droit à 20 heures de formation par année de mandat et cumulables sur toute la durée de celui-ci. Ce droit est ouvert à tous les élus locaux depuis début 2017 (indemnisés ou non) en cours de mandat.

A noter – Ce dispositif vient/peut venir en complément des formations proposées par la collectivité.

Les avantages du DIF : autonomie et personnalisation

C’est l’élu qui choisit, comme il le souhaite, de disposer de ses heures. Il peut, selon ses besoins, se former dans le cadre de l’exercice de son mandat ou pour faciliter sa réinsertion professionnelle à l’issue de son mandat.

Bon à savoir – éligibilité et financement

Pour bénéficier d’un remboursement des frais de formation, il faut que :

  • Les formations qui s’inscrivent dans l’exercice du mandat soient dispensées par un organisme agréé par le ministère de l’Intérieur,
  • Les formations qui s’inscrivent dans une démarche de réinsertion professionnelle à l’issue du mandat soient enregistrées au répertoire national des certifications professionnelles.

Liens et adresses utiles

  • pour demander le décompte des heures : remplissez le formulaire (disponible ici) et retournez le par mail à dif-elus@caissedesdepots.fr.
  • pour demander le financement de votre formation : remplissez le formulaire (disponible ici) et retournez le par mail à dif-elus@caissedesdepots.fr.
  • pour vérifier l’éligibilité d’une formation au DIF : chercher dans la liste des organismes agréés par le Ministère de l’Intérieur (pour les formations relatives à l’exercice du mandat) ainsi que dans celle des formations éligibles au CPF (dans le cadre d’une réinsertion pro).
  • pour tout savoir sur le DIF des élus : rdv sur le site de la Caisse ds dépôts, cliquer ici.

EXPERTISS peut vous accompagner. N’hésitez pas à nous contacter pour un diagnostic personnalisé et une proposition sur mesure selon vos besoins et votre décompte d’heures.

Contactez-nous !

Débloquer une situation grâce à l’assertivité

expertiss assertivité

En tant qu’élu-e, vous êtes souvent confrontés à des situations conflictuelles, délicates, où l’humain est au cœur des préoccupations. Que ce soit entre élus, avec vos concitoyens ou au sein de vos équipes, vous avez besoin de techniques et d’approches positives pour maintenir le lien et créer un espace de communication efficace pour vous et satisfaisant pour tous. C’est le principe même de la communication assertive ou assertivité. EXPERTISS vous en dit plus et vous délivre quelques conseils simples et pratiques à mettre en place !

 La communication assertive – être positif et à l’écoute pour s’affirmer et résoudre les conflits

«Assertivité» vient du mot anglais assertiveness. Il peut se traduire en français par l’affirmation de soi, la confiance en soi, l’assurance personnelle. Une attitude positive qui vise à faire valoir ses droits, ses opinions et ses demandes de manière constructive, sans agressivité, avec considération pour autrui. Pour quoi faire ?

  • S’affirmer et s’exprimer le plus directement possible sans agressivité, sans manipulation, sans écraser son auditoire, dans le respect d’autrui
  • Réduire la tension dans les situations difficiles / les conflits tout en fédérant et trouvant du soutien pour y faire face
  • Influencer une situation par son attitude positive, son comportement, ses paroles pour emmener vers le compromis le plus juste et le plus acceptable pour chacun

Les caractéristiques d’un comportement assertif : Communication positive / Franchise / Fermeté / Respect mutuel / Honnêteté / Responsabilité / Ecoute.

Nos 3 conseils pour débloquer une situation conflictuelle grâce à l’assertivité

  1. Rechercher les faits – Dès qu’il y a conflit entre personnes, il faut aller droit au but, se concentrer sur l’essentiel et sortir du jugement de valeurs. Il est nécessaire de rechercher systématiquement les faits (qui / quoi / comment / combien / quand) qui sont, contrairement aux opinions ou aux sentiments, objectifs, prouvés, incontestables. C’est sur cette base, sans généralisation, ni interprétation ou déduction hâtive, que vous pourrez entamer la discussion et débloquer un dialogue de sourd.
  2. Exprimer ses sentiments – Une fois les faits établis et posés, vous devez exprimer ce que vous ressentez. Attention, vous ne devez parler qu’en votre nom et donner votre ressenti en constatant les faits, sans parler d’une personne en particulier. Ainsi vous continuez à donner un cadre objectif et sain au dialogue (pas de procès d’intention, pas de critiques).
  3. Questionner – La phase d’écoute et de questionnement est primordiale pour connaître le point de vue de l’autre sur son propre comportement. Il s’agit d’être particulièrement sensible aux sentiments voilés, ce sont eux qui créent des nœuds et bloquent les échanges, et les replacer dans le contexte des faits pour désamorcer les conflits. 

Grâce à ces 3 étapes, vous menez votre équipe vers la résolution du conflit et la proposition d’une solution collective, un consensus équilibré.

EXPERTISS propose un programme spécifiquement dédié à l’assertivité. C’est avant tout un état d’esprit que nous avons intégré à notre manière de travailler et de concevoir la relation avec les personnes et groupes que nous suivons. L’assertivité est ainsi au cœur de tous les accompagnements d’EXPERTISS. N’hésitez pas à nous contacter pour un diagnostic personnalisé et une proposition sur mesure.

CONTACTEZ-NOUS !

 

Actualité 3

Actualité 2